Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un labo dans ma cuisine

Blog scientifique...encore que....

Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!

GephyX juillet 2016: "Université d'été" de l'Union de Professeurs Physiciens et Chimistes de l'Isère. Une présentation par Joël Chevrier de l'utilisation du smartphone comme outil de TP à l'université et au lycée. En introduction, l'orateur précise qu'en 10 ans, 2 milliards de smartphones ont conquis la planète. Qu'ils sont dotés de tout un tas de détecteurs, gyroscope, accéléromètre, capteur de température, de pression...etc.

Alors, je me prends à comparer avec le matériel de nos laboratoires de collège. Et je fais le lien avec la remarque d'un collègue de lycée en début d'année:

" Lors des épreuves expérimentales du bac, j'ai eu un élève qui n'avait jamais utilisé d'allumettes, tu te rends compte ?"

Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!
Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!

Ben en fait, non, pas tout de suite.

Je me suis d'abord dit qu'on avait un problème générationnel. Comme l'année où je me suis aperçue qu'il fallait que j'arrête de dire "Dans l'espace, nul ne vous entend crier" pour évoquer la nécessité d'un milieu matériel pour le transport du son: plus aucun élève ne connaissait "Alien"!

Puis je me suis dit que c'était la faute à l'éducation des enfants à qui on ne laisse plus rien faire. J'ai demandé donc aux parents d'élèves réunis en début d'année scolaire de laisser leurs enfants "jouer avec des allumettes", en les encadrant, cela va de soit. Et là une maman lève une main timide: "ça veut dire qu'il faut qu'on en achète? Parce que nous, on n'a pas le gaz mais l'induction";

Alors seulement je me suis rendue compte: nous continuons à utiliser dans nos classes ou bien à décrire le principe d'objets technologiques totalement disparus de la pratique quotidienne.

Oh, pour la bonne cause: au programme du collège, il y a les combustions. Pour allumer des bougies, ou bien enflammer des bûchettes en bois, pas possible de tourner un bouton, il faut bien craquer une allumette. Et c'est effectivement pédagogique d'apprendre à maîtriser son geste et son éventuelle peur du feu.

Mais prenons deux autres exemples:

L'appareil photo argentique
Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!
Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!

J'ai vécu sa mort en direct. Dans les programmes du collège d'avant 2008, il y avait la description de la chronophotographie. C'était très facile d'expliquer aux élèves l'obturateur s'ouvrant à une vitesse définie, la pellicule défilant d'un certain nombre de crans, on obtenait la décomposition du mouvement. Puis on change de programme, plus de chronophotographie (et plus trop non plus d'enseignement sur le mouvement d'ailleurs).

Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!

Un jour, j'ai quand même abordé le sujet avec des élèves (en 2012 je pense). Et là une classe entière qui ouvre d'immenses yeux, croyant que je lui parle du 19 è siècle, avec mes histoires de négatifs et de photos papiers. La révolution de la photo numérique était passée par là: plus de négatif/positif, plus de pellicule, plus de papier photos ni de révélateur ou de fixateur. Plus besoin d'attendre une semaine que les photos en 9x13 ou en 10X15 soient développées. Plus de photos en fait, rien que des images.

Les lampes à incandescence.

Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!
Pas de nostalgie pour le matériel de physique-chimie!

Interdites progressivement à la vente en Europe depuis 2009, il existe même un article Wikipédia dont le titre est "Abandon des lampes à incandescence". Abandonnées les lampes à filament? Pas partout, puisqu'elles constituent le matériel d'apprentissage essentiel pour tous les élèves qui débutent en électricité.

On doit bien enseigner les comportements propices aux économies d'énergie mais je ne vois pas bien comment on pourrait se passer de cette lampe. Avec son équivalent fluocompact, en cas de casse, l'utilisateur pourrait se retrouver en contact avec le mercure qu'elle contient. Difficile aussi d'utiliser des LED, dont le fonctionnement est soumis au sens du courant.

Et puis, c'est bien pratique le filament, pour introduire intuitivement l'effet Joule: chaque année, je prononce dès le premier cours de cinquième les mots suivants:

"Quand le filament est parcouru par le courant, il chauffe. Grâce à cette chaleur, il fait de la lumière".

Jamais cela n'a posé le moindre problème. Je vous laisse deviner l'état de perplexité des élèves à qui je dirais:

"Une électrode éjecte des électrons, qui excitent le mercure de l'ampoule. Celui-ci se désexcite en générant des rayons ultraviolets, qui excitent en retour la couche fluorescente à la surface de l'ampoule. Celle-ci émet la lumière blanche de la lampe."

Glop.........pas glopGlop.........pas glop

Glop.........pas glop

Voici finalement pourquoi allumettes, appareils photos argentiques et lampes à incandescence ne génèreront pas de nostalgie: ils ne disparaitront sans doute pas totalement des labos. Parce qu'il nous sert à décrire de façon simple, à faire visualiser des phénomènes physique dès les "petites classes" de collège

Seulement, moi qui n'arrête pas de dire à mes élèves que la physique c'est d'abord inscrit dans la vie de tous les jours avant de théoriser, suis-je crédible si je n'utilise pas en classe les objets de leur quotidien?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article